Comment être alerté à distance pour le piégeage des espèces invasives ?

piégeage

En plus d’être écœurantes, certaines espèces ravageuses vous empêchent de dormir la nuit et détruisent votre entourage. Fort heureusement que grâce à l’avancée de la technologie, il est tout à fait possible de les piéger. Pour cela, il va falloir connaitre le piège adapté à ses besoins. En effet le piégeage de ces animaux nuisibles diverge d’une espèce à un autre.

Les dégâts causés par les espaces invasifs

Ce sont surtout le ragondin et le rat musqué qui sont les plus à craindre. Et pour cause, la consommation des eaux où ils siègent entraîne plusieurs maladies et des conséquences néfastes sur le corps humain pour la simple et bonne raison que ces espèces ont une peau poreuse et infestée de parasite. Ainsi la consommation de ces eaux peut entraîner des maladies graves et sanglantes outre que la diarrhée chronique. Il est donc plus que nécessaire de s’en débarrasser. Mis à part les maladies que ces animaux engendrent, ils ont reçu la dénomination d’espèces nuisibles, car leur capture est autorisée par la législation. Et pour cause, ils détruisent non seulement les zones d’eau comme les digues et les berges, mais peuvent aussi s’attaquer aux plantations et cultures. Il est donc nécessaire d’agir avant qu’ils ne se multiplient en rencontrant une femelle. Notez que c’est le rat musqué qui est le plus à craindre, car il est capable de détruire les plantes aquatiques pour y construire sa hutte. Le fait est qu’ils sont très dangereux pour l’homme, car ils affectent la salubrité de votre environnement. En présence de ces derniers, il ne faut plus attendre et agir avant que les maladies graves ne se propagent et pour cela, les chercheurs ont trouvé un piège connecté très astucieux qui vous permettra de stopper une invasion en étant de loin ou en plein déplacement.

Un piégeage sécurisé

Pour piéger les rats musqués et les ragondins, vous n’avez pas besoin de faire appel à un expert. Tout ce que vous avez à faire c’est de déclarer votre intention de piéger ces animaux nuisibles. Expliquez dans votre déclaration les troubles du sommeil qu’ils engendrent et le ravage qu’ils font dans votre entourage. C’est après que vous allez obtenir l’autorisation de vous procurer un piège à nuisible.  Notez que ce sont des outils de première catégorie tels que les cages ou les boîtes à fauve. Par contre, si vous voulez vraiment vous en débarrasser alors il est possible de miser sur un piège à ragondin capable de les tuer. Souvent, il s’agit d’un piège connecté qui vous permettra de les tuer même en étant de loin. Toutefois cette alternative n’est pas très écologique donc il faut prendre le temps de bien choisir son piège à rats musqués. Pour ce qui l’ignore encore, les pièges connectés sont des outils qui vous  permettront d’observer ces animaux depuis votre domicile ou même lorsque vous êtes en plein déplacement grâce à certains repères visuels. Parmi les plus prisés, il y a le piège à ragondin photographique. De son nom, ce concept consiste à intégrer un appareil photo qui va se déclencher de manière automatique lorsque l’animal se déplace puis un signal vous sera envoyé, facilitant ainsi sa capture. Qui plus est, avec l’évolution de la technologie, il est possible d’obtenir de très bons clichés de ces espèces nuisibles. Toutefois il est important de bien choisir ces outils.

Le fonctionnement du piège

Qu’il s’agisse d’une cage ou d’une boîte connectée, le piège pour ces animaux nuisibles doit disposer d’un excellent objectif et être plus rapide que ces rongeurs. Veuillez ne pas sous-estimer ces animaux, car ils sont capables de flairer des appareils qui les menacent même en étant à distance. Ainsi l’outil doit être plus malin que ces rongeurs. Le but est donc de privilégier les objectifs qui ont un angle assez imposant pour obtenir des images plus claires et nettes. À noter que cet angle diverge en fonction de vos besoins. Mais en dehors de l’angle, la résolution de l’image est un critère à ne pas négliger. Cela peut varier entre 5 à 16 MP. À vous de choisir celle qui correspond mieux à vos besoins. Ensuite il y a la nature du flash. Le mieux serait de choisir un piège avec trois types de flash à savoir les flashs blancs à utiliser pendant le jour, les flashs infrarouges qui s’utilisent durant la nuit et les flashs de lumière noirs qui allient discrétion et rapidité. En effet il ne faut pas s’attarder sur la qualité du flash, car la rapidité de l’outil est aussi importante. Il y a ceux qui vous signalent immédiatement la présence de ces rongeurs pendant que d’autres prennent quelques secondes avant de vous envoyer les images.

Les méthodes pour s’en débarrasser

Après avoir pris conscience du passage de ces rongeurs, trois méthodes vous sont imposées. D’une part vous pouvez retracer leur pas grâce aux clichés que vous aviez obtenus et y déposer des poisons. Il s’agit de la meilleure alternative. Après certains pays autorisent l’élimination des rongeurs à fourrure. Pour ce faire vous allez les piéger dans une cage connectée. Son mode de fonctionnement est assez simple, car après avoir pris de bons clichés le système de piégeage de ces cages répond rapidement en appuyant sur un bouton. Après une alerte vous sera envoyée pour attester la fermeture de ces pièges. Souvent, les piégeurs s’en débarrasser en les électrocutant. Une telle alternative reste toutefois illicite dans les pays tels que le Canada, mais pas en Europe. De ce fait déposer des poisons sur leurs passages reste l’alternative la plus sûre. Mais il faut toutefois faire attention au cycle de l’habitat. Si vous tuez un, cela ne freinera pas les autres de venir vous empoisonner la vie, d’où la nécessité d’installer un piège connecté qui vous permettra de gérer ce cycle à distance. Toutefois il est aussi possible d’empêcher ce cycle en instaurant des grillages dans les berges de façon à les empêcher d’y entrer. De même il est possible de les éliminer en coupant les plantes aquatiques telles que les nénuphars et les quenouilles qui sont leurs sources d’alimentation. Une fois débarrassée de ces rongeurs vous pourrez dormir sur vos deux oreillers.

 

Transactions agricoles : quel avocat engager ?
Agriculture et biodiversité : le Cirad renforce ses partenariats